Âmes sœurs

SCARLEAN

Un groupe, cinq musiciens, deux albums au compteur. Un état d’esprit plutôt singulier : le « fabrication maison ». Mené de mains de maitre par Alexandre Soles (Auteur, compositeur et interprète), SCARLEAN s’attache en effet à tout fabriquer à la maison, enfin… la plus grande partie de ses créations artistiques. Doté de musiciens talentueux, le groupe a le plaisir de contenir en son sein des artistes accomplis, tant sur le plan de l’imagerie (Alex est concepteur artistique et graphiste, Michel est photographe et vidéaste, Olivier producteur et réalisateur audiovisuel) que du son (Fabien est ingénieur du son et détient son propre studio d’enregistrement, et Geo en charge de la conception sonore).

SCARLEAN est entré dans ma vie sans prévenir (un peu comme l’Elite de Trust), comme le font les éléments naturels qui viennent à votre rencontre un beau jour, à la lecture de votre magazine préféré par exemple (en l’occurrence Rock Hard ici), au détour de la chronique de son dernier opus en date, « Soulmates », le bien nommé.

Le verbe de Charlelie Arnaud est rarement fait de compromis, et ne donne pas facilement dans la démesure. Toutes proportions gardées donc, Charlelie Arnaud délivre une très bonne chronique de l’album « Soulmates » dans le numéro de rock hard que je tiens dans les mains en ce beau matin du mois de décembre 2019. Il n’en fallait pas moins pour attirer toute mon attention.

Apéro :

« Comme d’habitude » chantait un certain Claude François, dans ces cas-là, je vais d’abord écouter l’album sur Deezer pour me faire ma propre opinion. Et là : coup de grâce ! Frappé par le timbre de voix d’Alexandre qui me plaît beaucoup, je m’attache très vite aux sonorités « Kornesques » qui se dégagent de l’album. En tant que fan de KORN (j’apprendrai par la suite qu’Alexandre est un inconditionnel du combo californien de Bakersfield), je vais trouver le premier titre « Next To The Maker » tout à fait à mon goût ! Le groove et l’énergie qui se dégagent de ce morceau me conviennent au plus haut point. Immédiatement, je note le potentiel de chant d’Alexandre, proche d’un certain Mike Patton lorsqu’il s’adonne à des envolées lyriques.

Hors d’œuvre :

Très vite, SCARLEAN attaque dans le dur, avec « Haters », second morceau de l’album. Un morceau « loud & heavy » à souhait, disposant d’une rythmique pachydermique agrémentée d’arrangements subtiles et d’un chant tout en contraste. On comprend assez vite que le groupe n’est pas là pour rigoler. L’écriture des morceaux est très travaillée et variée, on ne s’ennuie pas dès la première écoute et on en redécouvre encore et toujours après plusieurs écoutes. Néanmoins, ce côté « ultra » qualitatif des compositions n’enlève rien au groove qui reste un maître mot chez SCARLEAN.

Plat de résistance :

« Wasting My Time » en est l’illustration parfaite ! Troisième titre de l’album (et l’un de mes favoris au passage), cette chanson dispose de tous les attributs nécessaires pour faire trembler les murs et vibrer une âme ! Une intro « nirvanesque », un couplet « new metal » très prononcé (Korn rôde encore dans les parages), et un refrain à la Faith No More !

Puis vient le titre « Pefect Demon », désarmant au possible, tel un mirage au beau milieu du désert. Sombre et mélodieux à la fois, ce titre voit Alex (chant) métamorphosé en crooner ! Une belle ballade avant de reprendre de plus belle avec le tonitruant « Treat Me Bad ». Un morceau au titre aussi évocateur que dérangeant, à l’instar de sa musique. Les arrangements y sont sublimes. La rythmique est, quant à elle, époustouflante d’ingéniosité et regorge de feeling. Un morceau qui ne laisse donc pas indifférent, et c’est peu dire.

Mais, car il y a un mais, nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises. Lorsqu’arrive le chant a capella d’Alex sur le titre « You’ll Never Know », la déroute s’empare de nos sens… puis, chemin faisant, ce morceau va crescendo prendre le chemin de la folie douce, avec une virtuosité assez déconcertante, il faut bien le dire. Encore une fois, Alex à la manœuvre y délivre une performance vocale des plus bluffantes, pour finir en apothéose.

Dessert :

C’est alors que, croyant être arrivé au bout du chemin, on se dit que l’on a déjà tout entendu (ou presque). Alors qu’à peine la moitié de l’album vient de s’écouler, on en est droit de craindre le pire.

Et là, tel un félin tapit dans l’ombre en guettant sa proie, SCARLEAN sort le grand jeu. Les titres qui vont s’enchaîner ne laisseront plus aucun répit à l’auditeur averti et déjà imprégné par l’univers du groupe. “Our World Will Surely Stop”, “A Lie To Remember”, “Ego” et “The Smell Of The Blood” auront raison de vos cages à miel ! Difficile de classer ces titres tant ils apportent chacun leur tour leur pierre à l’édifice. La magie opère et vous laisse un goût immédiat de « reviens-y ».

Cerise sur le gâteau :

Anneke Van Giersbergen interprétant en duo la chanson « Wonderful Life » du groupe BLACK avec Alexandre… comment dire ? What Else ?

WE WANT MORE !

Alex : chant

Geo : guitare

Michel : guitare

Olivier : basse

Fabien : batterie

https://youtu.be/XRo3ZJgHPa0

https://www.youtube.com/playlist?list=OLAK5uy_kswUkBpqjgPug7KJZ9mHLmk45-2i_ebXM

4 commentaires sur « Âmes sœurs »

  1. Telle une licorne, quand Scarlean croise ton chemin et entre dans ta vie pour en faire partie intégrante, c’est sa corne, sa flèche spirituelle, son rayon solaire qui pénètre en toi telle la pénétration du divin dans la créature.
    Scarlean est la meilleure chose qu’il nous soit arrivé !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :