SOEN : interview exclusive de Martin Lopez !

Alors que SOEN s’apprête à sortir son nouvel album intitulé « Imperial », Martin Lopez, batteur et fondateur du groupe se livre au jeu des questions / réponses dans la suite de cet article. Bonne lecture !

Pour commencer, je voudrais te dire que je trouve votre nouvel album “Imperial ! De fait, je trouve qu’il porte très bien son nom ! C’est un album fabuleux, dans la lignée de votre précèdent opus, “Lotus”, qui de mon point de vue, amorçait une nouvelle ère pour SOEN. Nous sommes maintenant très loin de votre tout premier album qui se trouvait très influencé par la musique de TOOL. Désormais, je pense que SOEN s’est créé son propre univers, sa propre identité et son propre son, si singulier et immédiatement reconnaissable. Es-tu d’accord avec moi ?

Oui, je suis d’accord avec toi. Je pense que c’est arrivé depuis notre avant dernier album. Nos deux derniers albums nous ont donné une forte identité, ainsi qu’un son reconnaissable qui nous est propre. 

Avec ‘Imperial’, nous explorons cela davantage en profondeur.

Au sujet des textes de vos chansons, SOEN semble plus engagé, davantage concerné par les problèmes de société et les aberrations constatées de part et d’autre dans le Monde. Penses-tu que SOEN ait développé une conscience au fil des années et souhaite délibérément délivrer certains messages à travers ses chansons ?

La conscience a toujours été présente, je pense simplement que cette fois, les éléments qui nous entourent nous ont fait réaliser l’importance de mettre en lumière les problèmes que nous soulevons. Nous avons également pris conscience que notre musique pourrait nous aider à porter certains messages qui nous semblent devoir l’être, car nous sommes directement concernés en tant qu’êtres humains. 

Notre musique ne nous aurait pas sembler complète et honnête si nous n’avons pas adressé les sujets qui nous préoccupent le plus dans nos paroles.

Penses-tu que la crise sanitaire que nous traversons a eu un impact sur vos compositions, et sur vos textes bien entendu ?

Oui je pense, en raison de multiples facteurs. Musicalement, nous disposions de plus de temps libre, ce qui nous a notamment permis de travailler plus efficacement, au lieu de devoir casser notre rythme de travail pour partir en tournée. En termes d’écriture des paroles, nous avons également bénéficié de plus de temps pour observer les réactions de la société à cette crise sanitaire, et les messages reçus étaient parfois blancs, parfois noirs.

Par exemple, nous avons observé que certains pays comme l’Allemagne ont accueillis des personnes malades en provenance d’Italie, tel un acte de solidarité et d’entraide. Mais nous avons également pu observer que les politiciens ont utilisé la crise sanitaire et la culture de la peur autour de la mort pour manipuler les opinions, mais ont aussi utilisé ces arguments pour attaquer leurs opposants…ces messages étaient tristement clairs pour nous.

Au sujet de la scène, j’ai personnellement découvert SOEN au MetalDays Festival qui se déroule en Slovénie, en Juillet 2014. Depuis ce concert, j’ai eu la chance d’assister aux différents concerts donnés par le groupe lors de vos passages par Paris. Je trouve que désormais, sur scène, Joel est plus à l’aise que jamais, échange davantage avec le public. Comment expliquerais-tu cette évolution ?

Il se sent plus à l’aise avec son rôle de chanteur de SOEN et cela s’explique principalement par son implication dans la musique que nous créons

En 2014, il n’était pas autant impliqué qu’il l’est aujourd’hui dans le processus d’écritures de nos chansons. Il l’a été bien davantage pour nos 2-3 derniers albums, et cela se ressent. Notre musique actuelle reflète beaucoup plus sa personnalité, et cela lui donne la possibilité d’être bien plus à l’aise et d’être lui-même au lieu de jouer un rôle. 

Le groupe semble désormais installé dans une sorte de processus de renouvellement perpétuel. S’agit-il d’une volonté délibérée du groupe ?

Non, tous ces changements de line-up ne font pas partie d’un plan. C’est la vie, c’est tout, les gens ont leur famille et une multitude de choses à gérer… il se doivent de prioriser leurs activités. Faire partie intégrante de SOEN demande beaucoup, car nous prenons nos projets musicaux très au sérieux. Nous attendons donc de chaque membre qu’il donne son maximum et le meilleur de ce qu’il peut donner au groupe. Et cela peut être fatiguant à la longue, j’en ai bien conscience. Cela implique donc parfois que nos chemins se séparent, de façon à préserver nos liens d’amitié et de garder un bon souvenir tous les magnifiques moments que nous avons passés ensemble.  

Revenons à votre nouvel album “Imperial”. Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur le processus d’écriture ? Comment fonctionnez-vous au sein de SOEN ?

Normalement, j’écris des tonnes de musique chez moi et, lorsque nous nous retrouvons avec Joel pour faire certains essais sur les parties vocales, Joel s’appuie sur ce que j’ai écrit pour ensuite donner une orientation à ce que l’on retrouvera ensuite sur l’album.

Ensuite, nous sommes rejoints par Lars qui nous aide à structurer nos compositions et ajoute sa touche personnelle à la musique.

Lorsque nous avons suffisamment d’idées pour réaliser un album complet, on envoie les fichiers à Cody et Oleskii de façon à ce qu’ils puissant s’immerger totalement dans nos compositions afin d’améliorer les parties de basse et de guitare en ajoutant leur propre.

Enfin, il nous faut travailler et travailler si durement, chaque détail doit être parfait, la fluidité doit être parfait également et chaque partie doit avoir du sens.

A propos de votre collaboration avec Kane Churko, qu’a-t-il apporté à votre musique sur l’album ?

Kane nous a beaucoup aide en se concentrant sur les chansons, notamment en supprimant tout ce qui aurait pu interférer sur les émotions générées par nos chansons. Il est super bon dans ce domaine, les chansons et les messages doivent primer, et s’il y a des améliorations possibles à apporter, notamment sur le groove de la batterie et l’efficacité de la basse, alors il améliore tout cela. 

C’est très appréciable d’avoir une personne qui apporte un regard extérieur à ce que tu as produit. Car en tant que musicien, tu restes souvent attaché à des détails simplement parce que tu les aimes, mais au final, ils ne rendent pas toujours service aux émotions qui se dégagent d’une chanson. Il a donc joué un rôle très important sur ce plan.

“Imperial” sera disponible le 29 janvier prochain. A quoi peut-on s’attendre de la part de SOEN dans les prochains mois pour défendre ce nouvel album ?

Nous espérons pouvoir partir en tournée pour défendre l’album sur scène, nous avons une tournée européenne prévue en Avril à cet effet. Mais, comme nous ne contrôlons absolument la situation du moment, nous ne pouvons qu’espérer à ce stade, en restant positif et en gardant Espoir pour le meilleur.

Souhaites-tu ajouter quelque chose à l’attention de vos fans français ?

Je souhaiterais remercier notre public français pour son soutien au fil du temps. C’est toujours un réel plaisir de vous rendre visite, vous qui vivez dans un si beau pays. J’espère que nous serons tous réunis le plus rapidement possible !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :